En cette période de soldes, on voulait faire avec vous un rapide état des lieux sur l’industrie de la mode et plus particulièrement de la fast fashion (ou mode rapide) qui demeure l’une des industries les plus polluantes de la planète.

Chaque année en France, près de 240 000 matières textiles usagées sont collectées pour être réemployées ou recyclées [source : Le Parisien ]. Cependant, la qualité des matières premières utilisées dans la conception des habits s’appauvrit chaque année et il devient de plus en plus difficile de donner à ces vêtements une seconde vie.

Qu’il s’agisse des collants qui se filent rapidement, de t-shirts qui se trouent ou s’effilochent après quelques passages en machine, nos vêtements ne sont plus conçus pour durer. Cette diminution du cycle de vie du vêtement s’accompagne d’un phénomène de surconsommation de masse. En effet, les collections ne cessent d’être renouvelées au sein des enseignes de prêt à porter avec des prix toujours plus bas ce qui pousse à d’avantage de consommation (les anciennes tenues paraissant vite démodées). Ainsi en France, une personne achète en moyenne chaque année 9 kg de vêtements tandis que sur cette même période, un tiers de sa garde-robe reste inutilisé [source : Le monde].

Par ailleurs, la production de chaque article, en plus d’être polluante, est très énergivore (autant pour sa conception que pour son transport et son recyclage). Un simple jean par exemple demande près de 7500 litres d’eau pour être conçu ! [source : Le monde]

Pour limiter l’impact carbone de la mode, des solutions existent telles que :

  • Acheter des vêtements de meilleure qualité et en plus petite quantité
  • Favoriser les petits artisans de proximité travaillant avec des matières premières locales et peu énergivores (lin, chanvre, jute) réduisant ainsi l’impact carbone du produit
  • Acheter d’occasion plutôt que neuf
  • Limiter les achats compulsifs et choisir des pièces atemporelles dont on ne risque pas de se lasser avec le temps
  • Prendre soin de ses vêtements en allongeant leur durée de vie (réparation, reprisage, cordonnerie etc.)

Sources :